®Benoit Dogniez

Chill Bump

Le nouvel album de Chill Bump, Ego Trip est une réelle explosion de saveurs !
Un duo fulminant, au style novateur qui mêle des textes engagés avec un assemblage instrumental hors normes, en rupture avec le hip hop conventionnel. L’univers particulier de Miscellaneous et Bankal, leur a permis de jouer en première partie de Wax Tailor et C2C lors de leurs dernières tournées respectives.
Un duo en pleine ascension à découvrir de suite !

 

Interview de Chill Bump
Par Vibration Clandestine

Toutes les réponses sont de Miscellaneous

 

Votre style novateur et improbable, donne à l’album une dimension encore méconnue dans la culture hip hop. Quelles sont vos diverses influences ?
Nous avons découvert le rap au même moment. Le premier album du Wu-Tang-Clan et le rap français des années quatre-vingt-dix sont des énormes références pour nous. Personnellement, KRS one m’a donné envie de prendre un micro, Nas m’a poussé à écrire et Big Pun m’a incité à améliorer la technique. Nos parcours respectifs ont également joué un grand rôle au sein de la création, ce qui explique pourquoi le scratch prend une bonne place dans les compositions.

 

Pourquoi autant de textes engagés et dénonciateurs sur notre société actuelle ?

®Benoit Dogniez
®Benoit Dogniez


Je ne comprends pas pourquoi les artistes parlent de la pluie ou du beau temps dans leurs textes. On passe par une crise comme en 1929 et les mecs cherchent des punchlines sans queue ni tête. On vit dans une société qui fait l’éloge du vide, où des Nabilla ont de l’importance. Je sais que la légèreté fait du bien parfois, mais je pense qu’il est important de savoir se nourrir de choses saines pour sa santé mentale, d’avoir un esprit critique et assez de recul sur la société lorsque l’on créé. Ce n’est que mon ressenti…

 

Que reprochez-vous à la nouvelle vague hip hop ? Pensez-vous que l’image du rappeur cliché pervertit l’origine de la culture urbaine ?
J’ai l’impression que les rappeurs souffrent de troubles de la concentration. Rares sont ceux qui veulent prendre du temps, décortiquer un thème et rester cohérent tout au long d’un morceau. Beaucoup blablatent pour pondre des punchlines toutes les quatre phrases et compensent avec du « swag ». Je ne suis pas contre les egotrips, mais tout le monde ne doit pas faire la même chose. C’était ça le message initial du Hip-Hop. Comme tout « effet de mode », la trap est omniprésente en ce moment. Il m’arrive d’en écouter, mais je ne vais pas me forcer à suivre cette tendance puisque je ne parle pas ce langage. Il faut savoir rester soi-même. Ceci dit, je suis vraiment pour les évolutions musicales en règle générale !

 

 

Concernant votre nouvel album  Ego Trip, pourquoi avoir opté cette fois-ci pour le long format ?
Lors des EP, on se découvrait en tant que duo. On a pu explorer plusieurs facettes/thématiques en créant, et apprendre l’un de l’autre. Cela nous a permis de comprendre l’importance de la cohérence de nos projets. Pour nous, l’album était la suite logique. On a voulu savoir si on était capable de développer un long format, qui s’écoute d’une traite, avec un fil rouge cohérent. De plus, certains médias (plus classiques) ne valident pas les groupes qui sortent des sentiers battus, d’où l’importance de sortir un disque physique. Nous avons joué le jeu. De plus, on vous l’avoue, on a réalisé un rêve de gosse : on a enfin un vinyle avec nos propres morceaux dessus !

 

Vous nous avez conseillé de prendre le titre de l’album dans son sens premier, « Voyage de l’Ego ». Pourquoi ?
Cet album n’est pas qu’un simple egotrip classique. « Ego Trip » est l’histoire du voyage initiatique d’un individu qui, à l’image d’un récipient qui s’emplit petit à petit, se construit progressivement à travers les différentes expériences qui jalonnent son existence. Les photographies d’objets, présentes sur la pochette et dans le livret, illustrent le concept, mais sont également à prendre à contre-pied. Ça aurait été dommage d’utiliser de simples selfies 😉 On salue Rébecca Fezard, pour son aide à la direction artistique de ce disque !

 

Vos clips sont représentatifs du cocktail Chill Bump, n’est-ce pas ?

®BenoitDogniez
®BenoitDogniez


Ce n’est pas faux ! Avant cet album, beaucoup de nos clips ont été réalisés en famille. On salue notre ami Benoit Dogniez qui a su mettre en image de nombreux morceaux, très différents les uns des autres. Certaines vidéos, telles que « Water Boycotter » ou « Chilling with the Bump », ne sont pas de réelles mises en scènes, mais illustrent des instants de vie : une sortie de résidence et une grosse soirée arrosée (Et oui, j’ai vraiment vomi sur le tournage). D’autres sont simples et efficaces, tel « Leakin' ». Brice Martinat a su raconter l’histoire du vinyle volé avec « Home Sweet Home », et Poncho Productions a réussi à nous faire courir et casser des objets. Le premier clip où nous avons laissé la carte blanche au réalisateur est « One Way Ticket ». Toute l’idée vient de Grégoire Orio. Il a su interpréter le morceau à sa façon, et nous faire entrer dans son univers. Ça fait du bien de ne pas apparaître à l’écran pour une fois !

 

Le mot de la fin (très court) :
Un grand merci à ceux qui nous soutiennent de près ou de loin. On a hâte de vous voir pendant et après nos concerts. À bientôt ! Peace.

 

www.chill-bump.com

Partager :