©David Moretti

La High Line à New York

La conscience collective évolue. Le respect et la protection de la nature sont devenus des questions majeures que la politique ne peut laisser de côté. Désormais, de nombreuses métropoles mettent l’accent sur l’écologie, l’environnement. Le retour de la nature dans la ville offre des espaces de vies et de détente dont les citadins sont friands puisqu’ils permettent de se ressourcer. New York, est une des mégapoles les plus importantes du monde moderne. Grâce à sa révolution verte engagée par son ancien maire Michaël Bloomberg, elle se transforme pour atteindre un but ambitieux, celui de devenir une des villes ‘durables’ du XXI° siècle.

Le respect et la protection de la nature sont devenus des questions majeures

La High Line est un exemple de ce retour au vert de la grosse pomme. Cette promenade est une ancienne voie ferrée, surélevée à 10 mètres, qui servait aux transports de la viande et du lait, entre le MeatPacking District et Chelsea à l’ouest de la presqu’île de Manhattan, de 1930 à 1980. À la fin des voies ferroviaires dans New York, cette ligne allait être détruite. Les habitants du quartier ne le voyant pas du même œil, se sont mobilisés, regroupés en association et ont œuvré pour la réhabilitation de la voie ferrée. Après plus de 15 ans d’études et de travaux, la High Line voit le jour. Cette balade d’une heure trente environ permet une vision différente de la ville et est très prisée par les habitants et les touristes. La réhabilitation de la voie ferrée est une double réussite, puisque la rénovation est plus écologique que la destruction totale et l’apport de centaine d’arbres et de plantes contribuent à une meilleure qualité de l’air dans New York City.

 


http://www.thehighline.org/

 

Partager :