chalutage

Le Chalutage

Les océans sont les berceaux de la biodiversité (au même titre que la forêt amazonienne). Encore aujourd’hui les scientifiques estiment qu’1 % des océans a été échantillonné. Une moyenne d’une nouvelle espèce est recensée toutes les deux semaines. Ces nouvelles espèces viennent souvent des grandes profondeurs (il peut y avoir de la vie jusqu’à -11 000 mètres) où résident également les coraux. La croissance de ses derniers est extrêmement  lente, les plus vieux spécimens sont âgés de 4200 ans ! Cette vie à haute profondeur est très peu connue, très peu étudiée. Ces trésors sous-marins qui ont énormément à nous révéler et qui gagnent à être sauvegardés subissent aujourd’hui un traitement de choc !

En effet depuis les années 90, une technique de pêche industrielle est utilisée. Le chalutage en eaux profondes qui consiste aux chalutiers à balancer d’énormes filets tubulaires lestés jusqu’à – 1 500 mètres, ont été développés pour la capture de 3 espèces. La lingue bleue, le sabre noir et le grenadier. Dans les faits, la réalité est autre. Ces filets raclent tout sur leur passage et embarquent sans aucunes distinctions toutes les espèces (poissons et coraux) qui se trouvent sur leur chemin, provoquant une véritable déforestation rapide des fonds marins. Tout ce qui n’est pas ses trois espèces est rejeté, mort. Une vidéo de Greenpeace ci-dessous vous expliquant le principe du chalutage :

 

 

Le documentaire Global Sushi, demain nos enfants mangeront des méduses ainsi que l’association Bloom ont alertés l’opinion publique. Bloom, principale militante contre le chalutage a déposé une pétition et suit de très près le parlement européen qui a vu, en décembre dernier, l’interdiction du chalutage échoué. Ces résultats sont très controversés. Si vous voulez en savoir plus visionner le documentaire Global Sushi et rendez-vous sur bloomassociation.org, sur le blog de la dessinatrice Pénélope Bagieu. 

 

Partager :