les gaz d'échappements

Les biocarburants

 Il y a quelques semaines de ça, afin de faire baisser le taux de particules fines dans l’air, la Ville de Paris adoptait pour le salut de ses habitants et pour une journée seulement, la circulation alternée. Ces particules proviennent du trafic routier et des moteurs diesels des voitures, camions, bus mais aussi de l’agriculture, de l’industrie et de la combustion (cheminées et chauffages collectifs). Tout en saluant la courte initiative de la ville de Paris, nous n’allons pas chercher à savoir à qui la faute, mais intéressons-nous à une alternative qui pourra devenir une solution, les biocarburants. L’origine de biocarburants de première génération est expliquée par les schémas ci-dessus. Aujourd’hui, chercheurs et scientifiques travaillent sur les biocarburants de deuxième (schéma ci-dessus) et troisième générations. Ceux-ci sont issus de matières premières non alimentaires comme la paille, le bois, les algues et les déchets verts.

Les atouts de ces techniques sont environnementaux et sociétaires

Ces filières permettront de produire essence et gazole en passant par des voies soit thermochimiques qui aboutissent à du gazole de synthèse. Ou par des voies biochimiques qui donnent de l’éthanol. Exemple, d’après La Provence, l’INRA de Marseille utilise l’enzyme sécrétée par des champignons pour découper le bois en petites molécules, d’où sera extrait l’éthanol, lui-même utilisé pour faire des carburants toujours plus propres. Propres par leur conception et propre dans leur utilisation. Les atouts de ces techniques sont environnementaux et sociétaires. Moins de pollution, solution pour l’épuisement des énergies fossiles, réduction de la dépendance énergétique et débouchés à la filière agricole. Les biocarburants peuvent vraiment être une solution !

 

Source : energie-online.fr

              biocarburant.com

              ifpenergiesnouvelles.fr

Partager :