©Jean -Louis Losy et Peggy Viallat

Peggy Viallat-Langlois

Diplômée des Beaux-Arts de Saint-Etienne, Peggy Viallat-Langlois a commencé par restaurer des tableaux ainsi qu’en faisant des copies de maitres.
C’est une prise de conscience lors de sa première grossesse qui va déclencher son désir de créer des œuvres originales afin de « faire ce que l’on sait faire pour dire ce qu’on n’a à dire ».

« faire ce que l’on sait faire pour dire ce qu'on n’a à dire »

Elle commence à travailler sur le thème de la guerre pensant que la souffrance est au centre de l’humanité puis elle découvre qu’il y a autre chose, la chair. Elle renonce à faire appel à des modèles pour recentrer son travail sur l’autoportrait. Utilisant un grand format, Peggy Viallat-Langlois peint son propre visage au couteau à découper le rôti. L’artiste peint rapidement pour rester en tension et ne laisse pas le temps à la peinture de sécher avant de la retravailler car pour elle une œuvre ne peut se réaliser que si elle est physique. L’effort et la souffrance doivent faire partie de la danse qu’elle effectue devant chaque nouvelle toile. C’est pour cela qu’elle n’utilise que les grands formats afin de pouvoir s’exprimer avec tout son corps et toute son âme, les petits formats ne permettant selon Peggy la seule utilisation du poignet.

Chaque œuvre de l’artiste est une quête de soi aux frontières entre l’humain et l’animal qui interrogent tous ceux qui posent les yeux sur elles.

 

viallat-langlois.blogspot.fr

Partager :