La rouille et les espaces oubliés !

L’artiste dont nous allons vous parler, a découvert la peinture sur le tard. Mais ce n’est pas pour autant qu’il ait eu besoin de quelqu’un pour l’apprendre ! Son pseudo artistique, découle tout droit de la détérioration physique et mémorielle des bâtiments abandonnés par l’homme. La rouille, voit en ces lieux délaissés, une poésie qu’il personnifie par ces visages. Ils redonnent, pour quelque temps encore, une part de vie à ces ruines architecturales.

 

la rouille donne un supplément d’âmes
à ces constructions oubliées…

 

La Rouille
acquapendente
La Rouille
Rennes

 

La rouille, originaire de Chambéry, a opté pour Rennes et ses alentours comme terrain de jeu et d’expression. Les visages s’intègrent, non, ils ont toujours fait partie, ils sont une pièce de la structure même du bâti. Ces hommes et ses femmes nous interpellent par leurs émotions. Leurs yeux nous racontent l’histoire, le vécu de ce lieu qui, un jour, a eu une vie.

 

La Rouille
Un autre bâtiment, une autre ruine, un autre visage…
La Rouille
Une réalisation du peintre autodidacte à Saint Nicolas de Redon. Photo de Alain Amet

 

La parfaite intégration des œuvres de La rouille, vient de la capacité de l’artiste à récupérer des vieux morceaux, des bouts, de matériaux ou autres se trouvant sur les lieux. Grâce à ces trouvailles qu’il intègre dans sa création, il ajoute un supplément d’âmes à ces visages qui nous paraissent familiers…

 

 

La Rouille
Une autre peinture sur son terrain de jeu de Saint Nicolas de Redon

La Rouille

 

Lorsque le temps de la Bretagne rattrape les projets de La rouille, il reste à l’abri et continu à peindre, à dessiner, dans son studio. Pour parfaire votre connaissance de l’univers de l’artiste, vous pouvez retrouver toutes ses peintures, ses vidéos et ses dessins sur son site Web !

 

 

 

 

Partager :