Les triplettes

Les Triplettes de Belleville

 

Ici, nous allons faire appel à vos souvenirs afin de mieux appréhender le sujet qui va suivre. Il y a dix ans, Sylvain Chomet réalisait Les Triplettes de Belleville, film d’animation musical sur fond de cyclisme et de mafia canadienne, nominé aux oscars. Après L’illusionniste, césar du meilleur film d’animation et Attila Marcel, son premier film en vue réelle, Sylvain Chomet nous invite à découvrir sa première comédie musicale Les triplettes de Belleville go ouest.

 

 Interview de Sylvain Chomet par Vibration Clandestine

 

 Dans l’absolu, une comédie musicale laisse moins de liberté qu’un film d’animation. Mis de côté l’aspect musical, pourquoi avoir fait la suite du film d’animation sous cette forme ?
Non, je ne suis pas d‘accord, on a beaucoup plus de liberté. Au théâtre tout est possible, il est possible de rendre les choses plus abstraites. Et puis, je ne voulais pas refaire de l’animation. C’est très long, ce sont souvent des projets de cinq ans et j’aurais eu l’impression de refaire la même chose. Cela me permet de redécouvrir des personnages que je connais très bien à travers un autre regard.

 

 Quelles aventures Les Triplettes, Me Souza, son fils Champion et leur chien Bruno vivront-ils dans Go Ouest ?
Le rideau se lève sur le dernier plan du film. Ils sont tous sur la machine à pédaler avec l’écran de cinéma où la route défile. Nous avons recréé la machine sur laquelle nous retrouverons Champion qui avait été enlevé et hautement drogué. Il est toujours sur son vélo et ils n’arrivent pas à le faire descendre. Les triplettes, la famille Souza et leur chien vont donc traverser les États-Unis, du nord-est jusqu’au middle west pour finir près de Memphis dans le Tennessee. Ils rencontrent Elvis Presley, déprimé, à son retour du service militaire, qui n’a plus la pêche d’être le King. Cette période coïncide avec l’arrivée des Beatles sur le sol américain. Les triplettes vont rencontrer le King, les Beatles et vont rallumer la flamme d’Elvis. La comédie musicale a permis de jouer avec de nombreux personnages de l’époque, ainsi qu’une variété musicale.

 

 Laurent Ournac et Samantha Lopez jouent deux rôles dans la comédie musicale. Cela ne rajoute-t-il pas de difficultés à leur jeu de comédien ?
J’adore faire ça, une troupe plus réduite pour jouer tous les rôles. Samantha va jouer deux rôles très différents, Me Souza et Priscilla. Laurent, a deux rôles qui représentent les deux revers d’une médaille, Elvis gentil et déprimé et son agent le Colonel Parker qui est un vrai salaud qui ne pense qu’au fric. Parfois les deux seront sur scène. Il y a aussi les 4 musiciens et le bruiteur qui joueront des personnages du spectacle. J’aime beaucoup les tours de passe-passe. Les gens se demandent comment ils peuvent être à la fois là et là. C’est ce que j’aime avec le théâtre, nous créons des tours de magie inutiles à l’animation qui par elle-même est magique. Au théâtre on a besoin de trouver un truc qui va fonctionner.

 Au théâtre tout est possible

 Vous avez composé la musique avec Dada Weatherman que nous avions déjà rencontré lors du n° 26 de Vibration avec son groupe blues The 26. Racontez-nous votre collaboration…
Nous nous sommes rencontrés à l’époque où nous parlions du projet. J’avais déjà un musicien en tête avec qui j’avais travaillé sur Attila Marcel, un pianiste. Mais l’ambiance des triplettes n’est pas accordée au piano mais plus proche de la guitare. Le registre est différent. Quelqu’un sur Alès m’avait parlé de lui, qu’il fallait que je le rencontre. Il m’a donné un cd, j’ai écouté et adoré. Quand, avec l’équipe de la comédie nous avons décidé de ne pas utiliser le piano, j’ai immédiatement pensé à lui. Il est venu avec des compositions personnelles, il a vraiment le groove, l’esprit Triplettes. C’est un excellent guitariste avec une véritable fraîcheur. Je pense que c’est la rencontre du spectacle. Nous avons utilisé deux de ces morceaux qu’il avait composés et dont j’ai réécrit les paroles pour le spectacle.

 

 Cinéma, film d’animation, comédie musicale, que préférez-vous ?
Je crois que je m’amuse plus quand il y a une troupe autour. La comédie musicale, je ne suis pas vraiment dedans mais ça me rappelle le cinéma et ses décors, ces objets, ce travail de troupe. L’animation c’est plus humainement ingrat car c’est très long. On travaille pendant deux ou trois ans avec la même équipe, à la fin ça rappelle le bureau. C’est différent d’un travail de quelques mois, mais le résultat d’un film d’animation est unique.

 

 Les premières dates des représentations sont à Alès, les 3, 4 et 5 octobre. Où vont voyager les triplettes et la famille Souza ?
C’est la première saison, le planning du spectacle n’est pas encore bouclé. Nous avons des dates à Martigues, Annecy, de nombreuses scènes nationales et Les Folies Bergères à Paris.

 

Partager :