Good vibeb!!

Nicolas Thomas, Escapitalisme !

Nicolas Thomas, Escapitalisme !
Une expo d’anticipation ?

 

Nicolas Thomas chez SpaceJunk !
Nicolas Thomas, légère le souvenir enfoui

 

 

Issu d’une école de design, Nicolas Thomas est avant tout un artiste provenant de la board culture. Skate, snow il pratique et parcours les sports de glisse. Son coup de pinceau ou de stylo si personnel lui permet de donne ce côté industriel à ses œuvres qui sont arborés par certaines planches.

 

Ses tableaux, quant à eux, sont depuis quelques années déjà exposés dans les galeries. Gorgées de détails, ses paysages et ses créatures contemporaines et chimériques, les créations sont impossibles à cerner en un unique regard. Certaines des peintures de l’artiste, qui sont finalisées au rotring, seront exposées à partir du 5 février et jusqu’au 2 avril sur les murs de la galerie lyonnaise, Spacejunk.

Nicolas Thomas chez SpaceJunk !
Escapitalisme by Nicolas Thomas, La Source

 

 

 

 

 

 

Avec Escapitalisme, Nicolas pose son regard sur les dérives de la société contemporaine et/ou ce qu’elle pourrait devenir. Les personnages et créatures fantastiques vivent ainsi au milieu d’une nature différente.

 

Cosmonaute à trois, yeux, hommes pantins, chimère bélier canard à dent, toutes mettent l’accent sur les thèmes récurrents : écologie et environnement, dangers et pièges de la société capitaliste, individualisme… Les influences lobrow, pop surréalisme sont très marquées et mettent en scène homme à la dérive, scientifique, cavalier autant décharné que sa monture, dans des différents jeux de couleurs en passant par le noir et blanc.

 

Lobrow et pop surréalisme, Nicolas Thomas !

 

Nicolas Thomas chez SpaceJunk !
Escapitalisme by Nicolas Thomas

 

 

 

 

Nos contemporains curieux et intéressés seront heureux d’aller apprécier, les peintures exposées à Lyon. Celles-ci tournent à la dérision la société moderne, et proposent des visions pessimistes d’un avenir incertain végétalisé de champignons rouge et blanc, où les arbres n’en sont plus vraiment et où il sera possible de placer un cerveau dans un poulpe.
Nicolas Thomas, Spacejunk, Lyon, 5 février au 2 avril.

Partager :