regarde1sansgénérique.mov.Image-fixe004

Pat Kalla s’la raconte

Pat Kalla est le genre d’artiste qui se laisse porter par son flow… Il commence la musique à l’adolescence pour ne jamais la quitter. Au début, musique traditionnelle d’Afrique de l’ouest puis le funk, le jazz, hip-hop et slam remplissent ses journées. En 2010, il développe « Conte & Soul », contes traditionnels africains revisités en hip hop soul slam pour les jeunes. Aujourd’hui il est le créateur de sa web série «  Pat Kalla s’la raconte » qui a débuté en Novembre 2013…

Interview de Pat Kalla, par Vibration Clandestine

 

Quelle est l’origine de votre web série ? Comment vous est venu l’idée de passer devant la caméra ?

La web-série est née le jour où j’ai voulu partager le conte avec ceux qui ne connaissent pas cet art sur internet. Le web est une fourmilière où chacun peut apporter sa pierre. On peut y trouver le meilleur et le pire : de quoi s’instruire, des sites de propagandes, mais aussi des vidéos qui s’adressent à tout un chacun. Je voulais pour mes contes proposer une forme ludique et rigolote et surtout un format court pour ne pas être  »prise de tête ».

La voisine qui épie par le trou qu’elle a percé est-elle réelle ? Est-ce un moment de votre passé ?

Cette vieille dame n’est pas réelle, mais elle représente tous les préjugés et curiosités que l’on peut avoir sur ses voisins sans forcément les connaître, et que parfois même on évite ! Ces personnes vivent vraiment à deux mètres au-dessus, en dessous ou à coté de toi mais on n’a aucune idée de ce qu’ils font. J’ai imaginé une rencontre. Ce petit conte permet de s’offrir un moment de parole, de partage.

 

regarde1sansgénérique.mov.Image fixe001 

Les contes que vous racontez sont-ils tirés de vos spectacles ou sont-ils originaux ?

Certains de ces contes sont tirés de mes spectacles. D’autres sont nouveaux. Ma source première d’inspiration c’est le répertoire africain, le continent où est né mon père, au Cameroun. Ils peuvent aussi venir de diverses traditions, rencontres, voyages, ou créations propres.

Le premier épisode « Regarde » fait la comparaison entre deux pères de famille qui réveillent leur fil respectif afin de leurs montrer le lever du soleil. Pourquoi ce comparatif ?

Dans notre société, il n’y a pas assez de place pour le rêve, la beauté et la transmission. On en vient à oublier ce qu’est un lever de soleil. Prenez un urbain moyen. Il part au travail à 6 ou 7 h du mat, passe du temps dans sa voiture, le métro ou le RER, puis travaille ses 8 ou 9 h et refait le chemin inverse le soir. Et cela pendant trente ans de sa vie. Fait-il encore attention à la nature qui borde son chemin ? 

Beaucoup se battent chaque jour pour posséder des biens. Et en deviennent centrés sur eux-mêmes, égoïstes. On oublie que la nature nous donne sans nous demander quoi que se soit, sauf peut-être de prendre soin d’elle. Le conte Regarde c’est l’invitation d’un père à écouter la simplicité du monde. Car la nature à un message pour chacun.

 

L’équipe de Vibration Clandestine souhaite un bel avenir à « Pat Kalla s’la raconte » !

 

 

pat-kalla.com

Partager :