©Teddy Locquard

Teddy Locquard

Interview de Teddy Locquard
Par Vibration Clandestine

Dîtes-nous qui est Teddy Locquard.
Plus je cherche et moins je trouve! Mais une chose est sûre il lui manque une certaine dose de masse gravitationnelle! J’ai eu beau lui remplir les poches de cailloux rien n’y a fait alors je fais avec, je raconte des histoires depuis ce point de vue en jetant ces cailloux dans l’eau et je regarde les ronds formés à sa surface.

 

Expliquez-nous votre parcours.
La photo est une évidence, pas un choix. Mon père nous a regardé grandir à travers l’une de ces machines à voyager dans le passé. J’ai été photographe pour le musée de l’homme de Paris, Ornithologue, j’ai créé une association de préservation de l’environnement à Madagascar, fait plusieurs reportages dans différents pays d’Afrique….

 La photo est une évidence, pas un choix.

Quelles sont vos inspirations, vos influences ?
Mes idées naissent souvent d’un rêve, que je note et que je rassemble en une image les jours suivants. Je me plonge régulièrement dans les oeuvres de Marc Antoine Mathieu, du cinéma muet et de sa chorégraphie parlante, dans la littérature fantastique du 19ème siècle, la philosophie, la poésie bien sûr…

 

S’il fallait définir votre travail en quelques mots…
Indéfini? Avec un fil mélancolicoburlesquepoétique et des brouettes? Sur son lit de surréalisme?

 

Des projets artistiques pour l’avenir ?
J’ai plusieurs projets d’images, certaines que j’aimerais réaliser de nuit, dans une ambiance contrastée peut être en noir blanc et puis un projet de court métrage…. J’en parlerai sur mon site.

 

Le mot de la fin (très court) : « Encore ce rêve bizarre où je croyais flotter dans l’air » Némo 1 mai 1910

Merci Vibration Clandestine.

 

teddy.photographe@gmail.com

http://teddylocquard.format.com/

Partager :