Premier E.P. de Oh Boy!, The Fall

OH BOY ! The Fall !

Sans concession, OH BOY ! cherche à provoquer
la transe et l’hypnotisme!

 

Les lyonnais de OH BOY !,  inspiré par Kraftwerk et Joy Division offre l’une des plus belles et prometteuses décharges électriques de l’année !
OH BOY ! en est seulement à son coup d’essai, mais impressionne par son esthétique radicale que l’on retrouve dans l’univers graphique et vidéo au moins aussi important que la musique, assure le duo. Inspiré par les sons hypnotiques de LCD Soundsystem, la rage de Fad Gadget, les nappes de Kraftwerk et la voix de Ian Curtis, OH BOY ! sort The Fall, un premier EP habité par une révolte sonore qui rassemble les fans de new wave et les amateurs de rock dur. The Fall débute en beauté avec Space Invaders et sa rythmique infernale, et se clôt avec la ballade futuriste Clockwork Song, indice que le duo se nourrit de sons, mais tout autant de films, et en particulier de l’univers de Stanley Kubrick.

 

OH BOY !, entre Kubrick et Kraftwerk !

 

Nous le voyons dans le clip de The Return of the Apes (A Race to Fame) qui multiplie les clins d’œil au film d’Orange Mécanique. OH BOY ! est composé de deux partenaires : BEnn et SLip, cela ne s’invente pas. BEnn compose et enregistre et se définit comme un savant fou décidé à repousser les limites sonores du monde connu. SLip est lui passionné de numériques et du traitement ou du détournement de toutes les images dont le quotidien nous abreuve comme un robinet qui ne s’arrête jamais. Pluridisciplinaires, BEnn et SLip militent pour le mélange des genres et un art total numérique et sonore. Sans concession, OH BOY ! cherche à provoquer la transe et l’hypnotisme. On guette leurs premières apparitions scéniques pour les confronter à cet EP qui se démarque de la concurrence par sa violence stylée et débridée. À suivre, donc, avec l’estomac bien accroché !

 

 

Cet article a été proposé par Romain Burger.

Partager :