Republica Ideal de Acapulco !

Republica Ideal de Acapulco, nouvelle destination sur la carte des musiques du monde. Derrière ce nom mystérieux se trame le nouveau projet de Nicolas Repac et Yaite Ramos qui promet un voyage musical dans le temps à travers l’Amérique Latine.

 

Republica Ideal
Republica Ideal de Acapulco, le 26/04 au café de la danse !

 

Saluons l’ambition de la Republica Ideal de Acapulco d’imaginer un concept géographique, une destination fantasmée qui se situerait à Acapulco, dans une ambiance de club et de casino, de plages de palace, de cocktails et de tenues de soirées exigées. Pour leur projet Republica Ideal de Acapulco, Nicolas Repac qui a longtemps exploré l’Afrique, notamment avec Mamani Keita se tourne vers Cuba, ses mambos et ses cha-cha-chas, accompagné de la flûtiste et chanteuse Yaité Ramos qui a été de l’aventure Sergent Garcia, et qui est également la fille de Jesus Ramos (Buena Vista Social Club, Afro-Cuban All Stars). Leur duo fonctionne à merveille, soutenu par un casting de cuivres et de percussions de haut vol, avec entre autres la participation de Minino Garay.

 

Mirage, le premier volet du voyage à la Republica Ideal de Acapulco

 

Republica Ideal de Acapulco a dévoilé déjà quatre titres sur un maxi nommé Mirage avant de terminer un album annoncé pour l’été. D’Atomic Lover à Beso de Fuego, nous découvrons une musique très cubaine, jaillissante et dansante, avec également une touche « nu-exotica » revendiquée. Nicolas Repac et Yaité Ramos évoquent dans ce projet des grands noms de ce courant en citant Carmen Miranda au Brésil, ou l’étonnante diva Yma Sumac, les splendeurs de musiciens comme Martin Denny qui a lancé le genre, ou Esquivel, l’orchestrateur génial.

 

Republica Ideal
Yaité Ramos, la voix de la Republica !

 

Aujourd’hui qualifié de musique lounge, l’exotica a traversé les années et fait le plaisir de nombreux diggers de par le monde qui traque les disques latinos de Robert Mitchum ou les originaux de Les Baxter. En seulement quatre titres, le groupe Acapulco montre qu’il sait de quoi qu’il parle, et surtout joue avec un plaisir évident et contagieux, qui rend la soirée prévue le 26 avril au Café de la Danse, un événement à ne pas rater pour les parisiens qui auront la chance de pouvoir sortir leur smoking blanc ou leur robe de soirée pour aller y déguster un cocktail frappé.

 

Cet article a été rédigé par Stanislas Leroy pour Vibration Clandestine.

Partager :