Tony Allen, de l’afrobeat à l’afrojazz !

En signant chez Blue Note, le légendaire batteur Tony Allen réussit un parfait tournant jazz incarné par l’album The Source qui sort le 8 septembre.

 

Tony Allen passe de l’afrobeat à l’afrojazz avec l’album The Source

 

Tony Allen
The Source disponible le 8 septembre

 

Il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves, et à 76 ans, Tony Allen réalise le sien en rejoignant l’écurie Blue Note en y gravant son premier album orienté jazz, l’excellent The Source que l’on aurait pu voir sortir dans les années soixante aux côtés de ceux de Grant Green, Lou Donaldson, Donald Byrd ou de Lee Morgan, et qu’il n’aurait pas dépareillé, tant le disque de Tony Allen enregistré en analogique sonne sans âge. En gravant son premier disque de jazz après une longue carrière, la figure légendaire de l’afrobeat aux côtés de Fela Kuti rejoint le label de ses idoles comme Max Roach et plus encore Art Blakey à qui il a offert un EP de reprises cet hiver.

 

Tony Allen, un jeu de batterie inimitable

 

Tony Allen
Son premier album orienté jazz…

 

En réussissant son tournant jazz, Tony Allen ne change pas son inimitable jeu de batterie d’un iota. Celui qui selon Fela jouait comme cinq batteurs, prouve avec ce nouveau disque que le jazz est bien une constituante de son jeu de batterie autant que les tambours de l’Afrique et les rythmes nigériens. Et de nombreux batteurs de jazz ont fait le chemin inverse en s’ouvrant aux polyrythmies africaines. C’est justement le cas d’Art Blakey. Quand Tony Allen a entendu Art Blakey la première fois à Lagos dans les années 1960, il s’est imaginé écouter plusieurs percussionnistes jouant ensemble. Lorsqu’il réalise qu’un seul homme produit cela sur un seul et même instrument, il conçoit d’aborder son instrument de la même manière, comme un orchestre. Il a déclaré d’ailleurs en interview : « je me suis engagé dans la batterie comme dans un orchestre, j’essaye de rendre mon jeu orchestral ».

 

The Source, une super-session de jazz
entre musiciens expérimentés

 

Tony Allen
la légende de l’afrobeat se lance dans le jazz…

 

L’album The Source est né en studio au cours de sessions et d’improvisations nées à partir de mélodies et de motifs fournis par Tony Allen. Autour de lui, sont rassemblés les meilleurs musiciens jazz du moment : on reconnaît la trompette de Nicolas Giraud sur Bad Roads, la contrebasse de Mathias Allamagne sur Crusin’, le piano de Jean Philippe Dary sur On Fire, le baryton de Rémi Sciuto sur Woro Dance, le ténor de Jean Jacques Elangue dans Cool Cat’s, le trombone de Daniel Zimmerman sur Wolf Eats Wolf… Et sur Cool Cats, sûrement l’un des moments forts de l’album, on retrouve également Damon Albarn venu prêter main-forte. Tony Allen jouera le 9 septembre au Jazz Festival de La Villette, occasion en or de découvrir The Source au lendemain de sa sortie.

 

Article rédigé par Jérôme Leroy pour Vibration Clandestine

Partager :